Où en est le drive?

Où en est le drive?

L’ascension du drive

drive voiture

Le drive, c’est aujourd’hui plus de 4% de part de marché (kantar worldpanel 2014) pour 4,3 Milliards d’euros de Chiffre d’Affaires (Drive Insights). 10% de part de marché sur les familles avec bébé(s). Plus de 20% de taux de pénétration des foyers (kantar worldpanel 2014), soit près d’un foyer sur 4 qui a déjà fait ses courses en drive au moins une fois dans l’année.

Depuis 5 ans, le drive, c’est aussi 3250 points de ventes répartis sur toute la France (source www.mybcc.pro par Le Bon Côté des Choses).
La rentabilité n’est certes pas encore au rendez vous mais la grande distribution connait une croissance majoritairement grâce à ce nouveau canal.

Le succès de cette innovation française surprend d’ailleurs même Outre Atlantique puisque Walmart a décidé d’adapter le concept sur le sol américain.

Cependant la création de drives par mois diminue depuis au moins une année. Si l’on compare à 2013 où se créait plus de 60 drives par mois, la cadence s’est abaissée à une cinquantaine par mois en 2014 et pour le moment en 2015 on est à une moyenne de 35 drives par mois.

La rentabilité des drives

Il y a 3 formats de drive : en magasin, accolés au magasin, en entrepôt dédié. Selon les dernières études, les drives en entrepôt dédié seraient davantage en danger car ils doivent supporter l’intégralité du foncier et réaliser un chiffre d’affaire sans le support de celui du magasin brick & mortar. Un drive déporté doit ainsi réaliser plus de 4 millions d’euros de CA pour être rentable. Selon Nielsen, 30% seulement seraient au seuil de rentabilité.
On enregistre de nombreuses fermetures ces derniers mois comme chez Chronodrive, 14 sites.
Une étude Nielsen TradeDimension qui vient d’être publiée annonce que Leclerc réaliserait 20 % de son CA en drive en dehors des zones de chalandises de ses propres hypermarchés. Il s’agit donc souvent d’implantation d’extension d’influence et de présence stratégique mais qui ne paient pas systématiquement.

Pour les drives accolés c’est différent. En effet, il permet aux super, hyper et magasins de proximité d’augmenter leurs ventes de 2 à 4% l’an dernier. Début 2015, les ventes en drive progressent encore de 25%! C’est une réelle performance dans le contexte actuel de stagnation des prix à la consommation.

Des nouveaux drives

Le drive se porte donc bien et se développe aussi chez les producteurs.  Des initiatives de drives fermiers se créent un peu partout en France. Court Circuit est par exemple une initiative 100% Nord Pas de Calais, où l’on peut commander par internet des produits fermiers issus de 30 producteurs de la région et retirer ses achats dans un point de retrait. Dans la même veine, Marchand Des 4 Saisons permet de faire la même chose pour de nombreuses autres régions en France en récupérant les produits près de chez soi.

Enfin le drive pointe à présent dans le monde professionnel. L’entreprise Sovéfrais, distributeur de produits alimentaires frais s’est engagé dans le drive à destination des collectivités, des associations et restaurants. Leurs clients passent commande et peuvent la retirer sous 2h sur le site de Sovéfrais.

On vous parie que d’ici quelques mois on aura encore de nouvelles initiatives drive à vous présenter. En attendant, drivez bien!