Les Marques Distributeurs (MDD) montent en gamme

Les Marques Distributeurs (MDD) montent en gamme

Exemple de marques distributeursLe salon MDD expo se tiendra les 31 Mars et 1er Avril 2015 à Paris Porte de Versailles.
L’occasion pour nous de revenir sur le rapport qu’entretiennent les consommateurs français avec les MDD au travers de plusieurs études réalisées en 2014.

Les temps changent… la crise tend à s’éloigner et l’impact s’en ressent sur les Marques Distributeurs.

Si elles restent présentes dans les caddies de 84% des consommateurs français, depuis près de 6 ans, leur taux de pénétration était stable.
Mais une étude de Nielsen publiée en Janvier met en évidence une perte de parts de marché de 0,3% sur 2014, une tendance baissière moyenne qui se confirme depuis 2 ans.

Cependant, les disparités restent importantes selon les types de produits.
Ainsi, les MDD jus de fruits ont la cote, plus de 60 % de croissance.
En revanche, le maquillage perd 5%.

Alors pourquoi ces performances globales à la baisse alors que les MDD sont bien perçues par les 3/4 des consommateurs français qui les considèrent comme une bonne alternative aux marques nationales ?

Les explications résident certainement tout autant dans la tendance déflationniste du marché que dans la guerre des prix que se livrent les acteurs de la distribution.
Les marques nationales ont été contraintes de baisser leurs prix de l’ordre de 2.8%. Une tendance lourde constatée sur plus de 1500 produits d’appel qui a induit un net amenuisement des écarts de prix entre MDD et MN.
L’effet promotionnel influe également fortement sur le comportement d’achat des consommateurs qui n’hésitent plus à passer d’une marque à l’autre au gré des réductions consenties.

De fait, ce sont essentiellement les MDD de spécialité, premium (+1,4%) ou spécialités comme le bio (+5,8%), qui tirent leur épingle du jeu.
IRI ajoute également que les MDD terroir performent à +1%. Ce que confirme Carrefour qui annonce une augmentation de +6% de ventes sur les produits de sa marque « Reflets de France ».

Les distributeurs se trouvent donc à présent dans une situation assez similaire à celle de leurs fournisseurs industriels.
Ils doivent investir dans une nécessaire montée en gamme manifestement appréciée par le consommateur qui cherche un meilleur rapport qualité/prix.