Les facteurs de rentabilité d'un drive

Les facteurs de rentabilité d’un drive

Drive-picking-1Selon une étude Que choisir, 1 Français sur 4 a déjà testé le drive et 16%  de la population française l’utilise. C’est un usage somme toute encore marginal mais dont la croissance est fulgurante.
En effet, le nombre d’implantations ne cesse de croître ces 5 dernières années.
Et dans la course aux ouvertures, certains groupes réussissent avec plus de bonheur que d’autres à atteindre leur seuil de rentabilité.

En 2014, Leclerc a réalisé près de 2 milliards d’euros de Chiffre d’Affaires selon les éditions Dauvers soit 45 % de parts de marché.
Loin devant le groupe Mulliez qui avec Auchan réalise 610 millions d’euros et avec Chronodrive 450 millions de CA. Deux plateformes qui représentent à elles deux réunies « seulement » 25% de Parts de Marché.

De leurs côtés, Courses U, Carrefour et Intermarché naviguent entre 250 à 400 millions de CA.
Le reste est une longue traîne où l’on retrouvera Casino, Cora, Monoprix, Match ou encore Leader Drive…

En analysant le CA respectif par magasin dans chaque enseigne, on s’aperçoit que les ratios sont loin d’être proportionnels.
Ainsi, Intermarché qui dispose de près de 2 fois plus de drives que Leclerc (956 contre 557) réalise un CA 6 fois inférieur à celui de Leclerc.
Auchan et Chronodrive possèdent pour leur part le meilleur rapport CA par point de ventes, avec 1 milliard de CA cumulé pour seulement 175 drives !

Ce qui peut expliquer le succès des uns ou la déception des autres réside en partie dans le processus logistique de préparation de commande, le picking comme on appelle ça.
Car force est de constater que ceux qui réussissent sont en mode entrepôt dédié, quand d’autres ayant adopté le picking magasin, comme Intermarché par exemple, ont plus de peine à valider leur modèle économique de ventes online.
Ce qui n’a rien d’étonnant quand l’on sait que 60% des coûts logistiques en entrepôt reposent sur le temps de déplacement des opérateurs.
Alors récupérer des produits en magasin, ce qui implique d’être en contact direct avec la clientèle et donc immanquablement de lui accorder du temps, sera nécessairement plus coûteux qu’un processus ad’hoc dans un entrepôt dédié.
L’implantation des produits sera également très différente selon que l’on soit dans une logique magasin, avec une approche consommateur, ou dans un entrepôt dédié.
Dans ce second cas de figure, on pourra plus facilement mutualiser la préparation de commandes multiples en accédant à des produits stockés en fonction de leur niveaux de rotation. Des classifications ABC traditionnelles en Supply Chain Management.
Les distances à parcourir ainsi minimisées, d’autant plus qu’un entrepôt dédié sera généralement moins grand qu’un magasin.
Le chemin de préparation sera donc largement optimisé.
Le fait enfin de demander à un opérateur de remplir les rayons d’un magasin puis de les vider pour préparer les commandes reçues en ligne n’est certainement pas la gestion la plus optimale des ressources humaines.
Ce sont là quelques éléments qui peuvent expliquer le succès prédominant du modèle picking en entrepôt dédié versus celui du picking en magasin.

Alors pourquoi choisir un modèle dont le coût d’exploitation sera immanquablement plus élevé .
Tout simplement parce qu’en contrepartie, certaines enseignes choisissent délibérément le picking en magasin pour des raisons de coûts de structures. En effet l’investissement initial reste limité si on le compare à celui de l’implémentation d’un entrepôt indépendant.
Beaucoup décident donc de limiter le risque financier long terme en avançant vers le drive avec le moins d’investissement possible.
Ces enseignes ne peuvent donc pas considérer ce nouveau canal de distribution comme un vecteur de croissance prioritaire.
Il reste alors plutôt perçu comme un service annexe et complémentaire pour cette part de clientèle historique qui préfère effectuer ses courses en ligne.
On constate d’ailleurs que l’assortiment de produits proposé est beaucoup plus vaste chez ces dernières comme c’est le cas chez courses U, le site de ventes en ligne de Système U.