J'utilise un comparateur pour faire mes courses. C'est grâve docteur ?

J’utilise un comparateur pour faire mes courses. C’est grâve docteur ?

Les JT regorgent d’interview d’utilisateurs qui font part de leurs griefs à l’encontre des comparateurs de prix : non-exhaustivité de l’offre présentée, défaut de contrôle des prix affichés, manque de transparence sur l’ordre d’affichage des commerçants présentés…

Même Wikipedia en parle :
« Il leur est souvent reproché de manquer de transparence et de mettre en avant les boutiques qui les rémunèrent le mieux plutôt que celles qui avantagent le consommateur. » Source Wikipédia

Certaines enseignes n’ont même aucun scrupule à se faire passer pour des comparateurs comme Leclerc avec quiestlemoinscher.

Bref, on accorde peu de confiance aux comparateurs pour vraiment trouver la meilleure offre.

Structure de la consommation par quintile de niveau de vie en 2011

Structure de la consommation par quintile de niveau de vie en 2011

C’est vrai qu’auparavant, tous les comparateurs se restreignaient à un niveau de complexité assez limité.

Ils proposaient essentiellement des produits qui engagent l’acheteur dans une logique moyen terme ou financière : un lave vaisselle, un SSD, un voyage…

Mais depuis 2011, une nouvelle frange de comparateurs proposent de nous aider à faire nos courses.

Un processus bien plus complexe, qui repose sur l’achat simultané de nombreux produits hétérogènes, de faibles valeurs unitaires respectives, qui représentent au final le second poste de dépenses des ménages après le logement.

Pour garantir cette intégrité justement attendue par le consommateur, certains de ces acteurs ont décidé de dupliquer d’autres modèles économiques déjà existants pour les magasins offline.
Le Bon Côté des Choses a ainsi développé deux services totalement dissociés.

L’un pour les consommateurs, le comparateur de drive Listizy.
Listizy est un comparateur de prix entre magasins drive, ecommerce et certains brick & mortar de proximité.
Ce gestionnaire de liste de courses est couplé à un algorithme exclusif qui permet de comparer le montant total d’un panier sur la base d’approches affinitaires et personnelles déclarées par chaque consommateur.
La startup refuse l’affichage publicitaire et les liens sponsorisés afin de préserver une expérience utilisateur d’aide à la décision impartiale.

L’autre uniquement pour les professionnels, MyBCC Pro.
MyBCC Pro est une plateforme en ligne destinée à la veille tarifaire et à l’analyse de positionnement concurrentiel des professionnels du retail.

Ce type de modèle se confronte donc à la concurrence d’acteurs très implantés comme peuvent l’être GFK ou Kantar Worldpanel et il requiert donc plus de temps pour pénétrer le marché de façon pérenne et profitable.

Ce en quoi les fournisseurs (industriels) comme les distributeurs ont une véritable carte à jouer.
Ils peuvent ainsi redorer leur image auprès des consommateurs en s’engageant dans le développement de startup nationales.
Ils ont également l’occasion de déconcentrer un marché oligopolistique en favorisant l’émergence de nouveaux acteurs technologiques et dynamiques.